Expérience sur la biffle

La biffle est devenue bien plus qu'un phénomène de mode pour ados boutonneux qui ne connaissent rien au sexe. Des scientifiques se sont attardés sur le sujet afin de savoir si se prendre des coups de bites dans la tronche peut procurer des bienfaits, s'il est normal que des nanas kiffent trop se prendre des coups de queues dans la gueule, ou si la pratique du bifflage pouvait poser des effets indésirables sur le long terme. Pendant plus de 2 ans et demi, de grands scientifiques réputés dans le domaine de la recherche nucléaire, ont donc fait une batterie de tests afin de répondre à toutes ces questions et ont mis au point diverses expériences très sérieuses et ont pu conclure certaines hypothèses. La biffle est effectivement sans danger si elle est pratiqué avec modération, en effet : pratiquer la biffle plus de 2 fois par semaine pourrait provoquer des dommages irréversibles au niveau de la mâchoire inférieur ! Les scientifiques ont également conclu que les coups de bite dans la tronche avaient des effets sur le cerveau plus ou moins similaires à certaines drogues de synthèses. Ils se sont aperçus qu'une femme qui se faisait biffler plus de 5 par mois avait seulement 1 chance sur 37 de réussir à arrêter de pratiquer la biffle sans avoir d'effets de manque. Ils ont également fait une corrélation entre l'arrêt de coups de bite dans la gueule et la prise de poids de certaines patientes, en effet : arrêter de se faire gifler avec une bite peut vous faire prendre jusqu'à 7 kilos ! Chez les hommes : le fait de biffler sa femme trop fort peut provoquer une luxation du pénis, un cobaye humain a même eu besoin de se faire opérer de son pénis après avoir biffler une prostitué de toute ses forces. D'ailleurs la dame en question a eu un énorme hématome sur sa joue droite et un ITT de 5 jours !   En conclusion : La biffle n'est pas du tout dangereuse si elle est faite de manière responsable, par contre la pratiquer plus de 2 fois par semaine peut engendrer certains problèmes de mâchoires ainsi que provoquer un état de manque en cas d'arrêt.

 

 

mosaique

 

 

 

 

Clique-ici si tu n'es pas une chochotte !

Leave a Reply

Marre d’avoir une petite bite ?

grosse-bite

Viens pécho !